11/07/2007

Cyber Space

Victorian lamp lit a90six Webshots resized 33 pct

Cyber space

 

Tes mots d'ivresse

ta tendresse

comme une vague qui s'émeut

en soupirant

longuement

à l'entrée de la grotte bleue

entre deux lendemains

qui ne viendront jamais

 

Fermer les yeux

les oreilles

le coeur

refuser le frisson

et ce don

de toi que tu poses à ma porte

ce nouveau-né

abandonné

que tu reviens réclamer

quand la peur est plus forte

de temps en temps

quand l'honneur te prends

à la gorge

de temps en temps

 

Oublier tes mains

jamais vues

tes lèvres inconnues

sur mon cou

sur mes reins

tes mains

oublier tes lèvres

que je vois

dessiner avec émoi

ces mots

que mon désir façonne

ces mots qui donnent

un sens évanescent

au présent

 

Retenir le présent

comme on veut retenir

l'aube qui s'évanouit

à l'autre bout du jour

comme on voudrait tenir

tout l'avenir

et le remplir d'amour

 

Tout l'impossible

l'inadmissible

de ces jours de folie

au virtuel

que l'on voudrait inoffensifs

ces jours réels de vie

en intensif

que nous appelons un miracle

mais qui ne sont que la débâcle

d'une tendresse demandée

longtemps frustrée

 

Je me noie dans tes mots

 

La vague comble un instant

le vide

le gouffre

la grotte bleue à la pointe du coeur

qui donne aujourd'hui sa saveur

particulière

au temps présent

 

Et je t'entraîne dans des jeux

coupables

dans l'interdit de l'ineffable

mon ami, mon confident

mon virtuel amant.

 

 Ó C.W. 2007

07:56 Écrit par Chris47 dans Poèmes en francais | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.